Gallery

CP du Mouvement d’Action Paysanne – M.A.P. (14/1/13)

map logoCommuniqué de presse – Le Mouvement d’Action Paysanne

Solidarité avec les 11 accusés du grand échange de patates OGM

Le 15 janvier 2013, un procès important se tiendra à la cour de justice de Termonde, celui des 11 accusés de Wetteren.

Pour la première fois en Belgique, des citoyens, des agriculteurs ainsi que des universitaires se sont mobilisés pour dire non à cette dangereuse criminalisation de l’action collective. Plus de cent personnes ont décidé de comparaître volontairement sur le banc des accusés. Le grand nombre de comparants volontaires par rapport au nombre restreint d’accusés montre une sélection aléatoire parmi les défenseurs d’une agriculture saine et durable. Cette action de solidarité risque néanmoins d’être ignorée. En septembre, le procureur a rejeté la décision d’inclure les comparants volontaires dans le procès. Seul le juge peut encore les accepter.

Une comparante volontaire déclare: « Agir pour une agriculture durable n’est pas un crime et l’acte d’accusation d’association de malfaiteurs est antidémocratique. »

Le MAP, dont certains membres font partie des comparants volontaires, veut marquer son soutien aux accusés. Le monde associatif y a également largement participé. Tous ensembles, le CNCD, 11.11.11, Inter-Environnement Wallonie, OXFAM et bien d’autres, ont signé une lettre ouverte dénonçant l’accusation de « bande de malfaiteurs ». Celle-ci constitue une criminalisation de l’action politique collective en général et de la lutte pour une agriculture durable en particulier. Tout jugement serait un précédent dangereux pour tous les groupes qui accomplissent des actions sociales.

Le 03 aout 2012, le tribunal de première instance de Gand a déclaré illégale l’autorisation accordée à l’Université de Gand pour ses essais de pommes de terres OGM à Wetteren. Malgré ce verdict qui a notamment mise en évidence le manque d’indépendance du conseil de bio-sécurité belge, l’essai a pu suivre son cours normalement. Sont également remis en question l’arrêté ministériel autorisant la mise en culture ainsi que la pertinence sociale et académique des instigateurs de l’essai (VIB, ILVO)(1) .

Bart Staes, député européen pour les Verts et comparant volontaire : “Je demande à la Commission européenne, après l’étude du Criigen français, que de la recherche indépendante sur les effets à long terme des OGM soit établie et avant que l’étude soit achevée, un moratoire à tous les niveaux sur les OGM. L’évaluation des risques des OGM pour la sécurité alimentaire et l’environnement est nettement insuffisante. ”

L’agriculture paysanne, celle qui est pratiquée par 98% des agriculteurs dans le monde. C’est de ce modèle paysan que sont issus toute la biodiversité des variétés cultivées à ce jour. Il porte le respect de son environnement, matériel ou immatériel, minérale ou vivant, humain ou pas, au centre de son fonctionnement et des ses pratiques. Cette agriculture-là est mise en péril par les technologies OGM agricoles. Ce savoir paysan ancestral, garant de la saveur autant que de la santé et la pérennité des peuples, est menacé par un modèle présenté comme un progrès. Celui d’une agriculture à échelle industrielle où l’environnement dans son ensemble est modelé, polué et déstructuré dans le seul but d’y augmenter le rendement et le profit. Voilà ce qui se cache derrière le discours humanitaire auxquelles ces technologies sont associées. A ces finalités commerciales, nous voulons affirmer l’importance de celles qui sont niées par le modèle industriel; la qualité nutritionnelle, le goût, la diversité des variétés ainsi que des pratiques agricoles. Les OGM cultivés en milieu ouvert contaminent dans 100% de cas les cultures qui ne le sont pas. Ces technologies dangereuses ne sont profitable qu’à une très petite minorité et violent les droits du plus grand nombre. Les défenseurs du modèle agricole paysan s’insurgent et s’insurgeront tant qu’il le faudra contre les technologies qui menacent leur existence.

Le 29 mai 2011, des centaines de militants ont décontaminé un essai en plein champ d’OGM à Wetteren. Ils ont remplacé les pommes de terre génétiquement modifiées par des variétés naturellement résistantes au mildiou. Celles-ci n’ont pas besoin de manipulation génétique ou de poison et sont pourtant savoureuses et saines. Le grand échange de pommes de terre s’est déroulé de manière non-violente et publique. L’action se réclamait de libérer le débat sur les avantages et les inconvénients des OGM dans nos champs et dans nos assiettes. Cela a fonctionné. Des citoyens ont discuté dans les journaux, sur Internet, à la radio et la télé. Les écoles et les universités, mais aussi le monde politique, agricoles et les ONGs ont participés. L’action de désobéissance civile a contribué à une prise de conscience des dangers des OGM et du rôle de la recherche publique dans ce domaine. Des solutions véritablement durables et équitables sont nécessaires pour relever les défis alimentaires de notre avenir. On le sait maintenant.

 

Le bureau du Mouvement d’Action Paysanne

Contact : Philippe Bertrand : 0473/60 80 73   ph.bertrand@lemap.be

(1)VIB :Vlamse Institut voor Biotechnologies, ILVO : Instituut voor Landbouw- en Visserijonderzoek

Advertisements

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s