Gallery

Le Fieldliberation invite le VIB à une discussion publique

Le Fieldliberation invite le VIB à une discussion publique autour des essais de pommes de terre OGM

Cher René (Custers, Communication manager du VIB) et les autres…

Il y a quelques semaines, nous avons annoncé notre intention de nous opposer à vos essais de pommes de terre OGM (1), notamment en appelant à une journée nationale de désobéissance civile le 29 mai. En réponse, vous nous avez contactés pour nous proposer d’organiser une table ronde. Nous avons aussi constaté que vous avez réagi de façon très contrastée par voie de presse.

Je réponds à vos propositions et vos reproches plus en détail ci-dessous, mais d’ores et déjà vous comprendrez que nous ne pouvons pas plus nous satisfaire de quelques vagues promesses biovigilantes que nous ne pourrions nous résigner aux 0,9 % de contamination escomptés par cet essai. Si bien qu’au fond, nous ne voyons pas bien de quoi nous pourrions débattre. Dès lors, confrontés à une menace grave et irréversible, nous sommes amenés à maintenir notre appel pour que chacun prenne ses responsabilités et se retrousse les manches ce 29 mai.

Ceci dit, chaque chose en son temps: nous pouvons au moins nous entendre lorsque vous convenez que l’intérêt de ce projet ne se mesurera pas en termes de résultats scientifiques mais aux réactions qu’il suscite, aux interrogations qu’il soulève et aux pratiques qui émergent dans son sillage. En quelque sorte, nous sommes d’accord pour faire de ces essais une forme d’expérimentation politique et sociale. Si vous souhaitez prendre part à cette expérience, vous êtes les bienvenus.

Par exemple ? Ce 7 mai, nous organisons une inspection citoyenne (un « GeneSpotting ») autour du champ. A cette occasion, aura lieu une discussion publique où nous souhaitons réunir toutes les personnes concernées par cet essai: riverains, autorités communales, propriétaire des parcelles, représentants d’associations, fermiers, scientifiques, simple quidam ou opérateurs. Un débat où nous aurons tous notre mot à dire et plein de choses à apprendre !

Nous serions enchantés si vous acceptiez notre invitation à y prendre part.

L’occasion de nous y cultiver ?

Cordialement,

Jokes, une des participantes au Field Liberation

 

Annexe : Quelques réflexions sur la démarche, les propositions, les reproches et d’autres allégations du consortium de la patate transgénique.

Dans votre courrier (copie ci-dessous), vous plaidez la tempérance et la modération, l’échange et la discussion en nous invitant à une table ronde… Dans vos réactions publiques (cf article reproduit ci-dessous), vous nous menacez de poursuites judiciaires, d’en appeler aux forces de police, vous nous formulez moult reproches tout en vous employant à nous disqualifier (préjugés sans fondements, position irrationnelle et rétrograde).

Ceci appelle quelques observations sur la façon dont cette discussion s’engage (forme du débat) avant d’en venir aux remarques plus directement liées au contenu de vos propositions (les termes du débat). J’aborderai pour finir les reproches et autres allégations formulées dans la presse.

 Sur la forme du débat:

  • Vous nous proposez de discuter de décisions déjà prises. Vous avez d’ores et déjà décidé de nous imposer l’essai sans tenir compte de nos avis. Lorsque vous plantez vos patates, vous n’êtes pas dans la réflexion mais dans l’action, vous arrêtez de débattre, vous agissez!
  • Nous vous avons déjà fait part de nos arguments qui mettent en cause la pertinence de cet essai et relèvent ses conséquences néfastes. A cet égard, vous pourrez vous reporter aux commentaires reçus lors de l’enquête publique ou au communiqué de presse envoyé le 4 mars par dix associations (2). Dans notre communiqué de presse (1) ou sur notre blog (3), vous trouverez un résumé de ceux qui nous tiennent plus particulièrement à cœur.
  • Remarquons aussi que vous semblez envisager de nous transmettre des informations de façon unilatérale, pas de vous engager dans une vraie discussion qui présuppose une reconnaissance mutuelle. Quelles sont les informations que vous serez prêts à entendre? Ou plus difficile encore, quelles sont les informations dont vous serez prêts à tenir compte?
  • En effet, quelle pourrait être la portée pratique de ce débat ? S’agit-il de discuter entre gens de bonne compagnie de l’avenir du monde tandis que, dans le même temps, vous êtes en train de le détruire ?  Ou s’agit-il de convenir, entre gens raisonnables, de quelques nouvelles mesures biosécuritaires? Vous vouliez peut être parler de la hauteur des clôtures destinées à prévenir l’infestation de biologistes amateurs soucieux d’apporter leur pierre à l’édifice ? Il est vrai qu’en terme de nuisibles, la réputation de votre partenaire n’est plus à faire : il en fait son affaire et son fond de commerce.
  • Le “consortium” n’est pas le seul interlocuteur: où se cache donc BASF, votre partenaire dans cet essai ? Et, dernière chose, plutôt que celle d’un patron de recherche responsable d’un département de communication, nous aurions apprécié la fréquentation d’un chercheur, doctorant ou autre technicien plus directement en prise avec la réalité de ces essais.

Sur les termes du débat :

  • A plusieurs reprises dans votre lettre, vous vous positionnez indûment comme porte-parole de la sélection conventionnelle, et même, biologique.
  • Beaucoup de vos propositions s’appuient sur une comparaison fallacieuse entre agricultures conventionnelle et transgénique, partant du principe erroné que les plantes issues du génie génétique sont équivalentes à celles issues d’un processus de sélection classique. Un argument parfois décliné de façon encore plus absurde : « Depuis la nuit des temps, l’homme manipule le vivant, … » (Voir plus loin)
  • Vous nous proposez d’aborder le rôle des multinationales : ne serait-il pas judicieux dans ce cas-ci de nous interroger également sur le rôle de la recherche publique ?
  • Nous pourrions aussi aborder quelques enjeux scientifiques sous-jacents : notamment l’hégémonie de la biologie moléculaire au détriment d’autres disciplines pertinentes (agro-écologie, biologie des populations, écologie …)
  • Nous devrions également aborder la place de l’expertise qui soustrait du champ de la délibération publique de larges pans de ce qui détermine notre avenir commun, donnant, de facto, un pouvoir démesuré à une petite caste de fonctionnaires et de scientifiques, réduisant du coup la majorité à un babillage sans portée sur des questions insignifiantes.
  • Sans oublier la dimension éthique (le choix des consommateurs, des paysans, …)
  • Ainsi que de la dimension politique de vos projets en termes de choix de société : voulons-nous du monde qui se développe dans le sillage des OGM, de cet OGM en particulier ?

 En ce qui concerne vos reproches et allégations dans la presse:

(Sur base des réactions du « consortium » publiée dans un article paru dans Landbouwleven du 14 mars 2011 qui est reproduit ci-dessous)

1.      Le débat tel que vous l’avez mené depuis 10 ans aboutit à un rejet conscient et délibéré des OGM. En dépit de la diffusion d’une profusion d’information, qui a, depuis toujours, été majoritairement favorable et/ou complaisante à l’égard des OGM, “les gens” ont su se faire leur propre idée, qui est et qui reste défavorable aux OGM.

2.      Nous pouvons d’abord nous interroger sur vos motivations ? Pourquoi voulez-vous discuter avec des hommes des cavernes? Pour nous éduquer aux bienfaits de la civilisation moderne?

Ensuite, vos travaux sont basés sur une science opératoire depuis longtemps dépassée. Par des méthodes très violentes et non maîtrisées, vous produisez (sans comprendre) des modifications qui aboutissent à des bricolages rudimentaires, ceux-ci étant ensuite sélectionnés dans un processus “aveugle” d’essais et d’erreurs. Vous ne savez pas comment vous obtenez un résultat que vous ne comprenez pas pour obtenir des effets que vous ne maîtrisez pas. Une approche réductionniste qui fait fit des interactions au sein du génome ou avec son environnement, qui fait fi des évolutions en son sein, etc. Selon ces dogmes et ces préjugés irrationnels et rétrogrades, de la même façon que la carte serait égale au territoire, la plante GM serait égale à sa représentation sous forme de “carte génétique”. Concrètement, la réalité échappe à vos fictions et vos “cartes” se sont révélées instables et imprécises. Plus fondamentalement, vous ne maîtriserez pas le vivant qui sera toujours rétif, et heureusement, à vos délires démiurgiques de domination.

Selon vous, en somme, « depuis la nuit des temps, l’homme manipule le vivant, … » Comme si les méthodes de sélection qui sont apparues à l’aube de l’agriculture avaient quelque chose à voir avec les manipulations génétiques qui ont cours aujourd’hui. La vérité est que depuis la nuit des temps et jusque très récemment, l’homme s’est appuyé sur un processus de sélection au sein d’une population, une pratique qui favorise la diversité végétale et la multiplication des ressources au profit de tous. Vos projets contribuent, tout au contraire, en perfectionnant un processus de sélection par lignée, à développer une monoculture globalisée responsable de l’épuisement des ressources végétales. Ils reviennent à vous accaparer, pour le seul profit de vos partenaires, la faculté des êtres vivants de se reproduire et de se multiplier. Et vos nouvelles techniques sont porteuses de risques qui leurs sont propres.

3.      Vous prétendez que vos essais représentent une étape importante dans un processus scientifique alors qu’il s’agit de fait d’une étape cruciale dans un processus industriel. Ces essais sont destinés à récolter des données empiriques d’ordre agronomique qui sont effectivement indispensables en vue d’obtenir une autorisation de commercialisation. Ces essais ne s’inscrivent d’aucune façon dans un processus d’élaboration des connaissances qui permette une meilleure compréhension des mécanismes sous-jacents. Ils servent encore moins à comprendre les interactions de cet OGM avec son environnement. Et pour cause, selon vous, ces interactions ont toujours été soit inexistantes soit insignifiantes !

4.      En toute indépendance, la communication avec le public et les recherches de terrain que nous menons assurent – par un processus contrôlé et progressif – une réponse correcte, complète et fiable aux questions et aux préoccupations que la société se pose à propos de ces nouvelles technologies.

5.      Vous organisez (soit-disant) une “dissémination dans l’environnement” que vous nous reprochez de désorganiser ?

6.      La population ou ses représentants ont, à de nombreuses reprises et de façon constante, exprimé leur refus des OGM.

7.      Le Field Liberation Movement vous invite à une discussion publique autour de toutes ces questions. Il y a d’innombrables problèmes à résoudre et nous n’entendons pas nous résoudre à aborder plus particulièrement celui qui produit les résultats qui vous arrangent. La question du mildiou est certainement une question intéressante mais est-ce une question importante, à savoir qui peut produire des résultats qui nous intéressent ?

(1) Communiqué de presse du 11 mars 2011: « 29 mai 2011: Journée nationale de désobéissance civile contre les pommes de terres OGM à Wetteren. » Disponible sur https://fieldliberation.wordpress.com/2011/03/13/communique-de-presse-le-29-mai-2011-journee-nationale-de-desobeissance-civile-contre-les-pommes-de-terres-ogm-a-wetteren/

(2) Bioforum Vlaanderen, Bond Beter Leefmilieu Vlaanderen, Greenpeace Belgium, Leefmilieu Wetteren, Natuurpunt Scheldeland, Oxfam Wereldwinkels, Oxfam Solidariteit, VELT, Vredeseilanden, Wervel. Disponible sur http://www.velt.be/Joomla/index.php?option=com_content&task=view&id=1357&Itemid=62

(3) Sur https://fieldliberation.wordpress.com/

———————————————————–

L’invitation:

“Dag Steven, Joke, en anderen,

Het GGO-aardappelproject is stof voor discussie. Dat is zeker. Het triggert een hele reeks van emoties en argumenten. En dat is nu juist wat dit project zo interessant maakt. Is er in dit geval ruimte voor nuance, ja of nee?

We zouden daarover graag met jullie in gesprek gaan, en nodigen jullie daarom uit om deel te nemen aan een rondetafelgesprek. We hebben dat al eerder gedaan en dat is leerzaam voor beide kanten. Wat kunnen wij in dat gesprek bieden? Onder andere het volgende:

– Informatie over het verschil in snelheid tussen de ontwikkeling van GG-aardappelen tov conventionele veredeling

– Info over ‘genomic disturbances’ in de GGO-aardappel tov ‘genomic disturbances’ in conventioneel resistente aardappelen

– Info over wat er met de brede basiskennis over resistentiefactoren gedaan wordt in de conventionele veredeling (oa ook voor biolandbouw)

– Informatie over meervoudige resistentie tov enkelvoudige resistentie

– Hoe zit het nu met de rol van multinationals in dit specifieke geval?

Ik zou graag weten of jullie op deze uitnodiging ingaan.

Vriendelijke groet,

René Custers
Regulatory & communications manager, VIB”

 ———————————————————–

Landbouwleven Maandag 14 Maart “Actievoerders willen veld ggo-aardappelen in Wetteren vernielen”

(…)

Reactie:  De 4 betrokken wetenschappelijke instellingen betreuren deze actie om verschillende redenen.
1. De publieke opinie wordt met dergelijke boodschap op een verkeerd been gezet, en bang gemaakt voor een ontwikkeling die veel uitleg, nuance en studie vergt.
2. De actie geeft blijk van een behoudsgezinde reflex en ongefundeerde vooroordelen. Ze suggereren dat alleen traditionele gewassen zuiver, ‘natuurlijk’, ‘ongewijzigd’, aanvaardbaar zijn. Ze suggereren dat GGO’s (welke dan ook) alleen maar wegens de wijze waarop één van hun eigenschappen werd ingebracht gevaarlijk, ongezond, verwerpelijk zijn. Alle nuance ontbreekt. De wetenschappelijke wereld kan deze aannames ontkrachten en zelfs omdraaien.
3. Door de vernietiging van de genetisch gewijzigde aardappelen wordt een belangrijke stap in het wetenschappelijk onderzoeksproces onmogelijk gemaakt. De aardappelen in de proef worden niet geteeld voor consumptie. Het gaat om een wetenschappelijke veldproef waarbij de resistentie tegen een almaar moeilijker te bestrijden aardappelplaag wordt gecontroleerd onder reële Vlaamse buitenomstandigheden. Enkel de lijnen (van de 27 die er getest worden) die goed reageren op de Vlaamse teeltomstandigheden worden in het verdere onderzoeksproces weerhouden. Dit verdere proces zal nog vele jaren duren. Het is nog niet te zeggen of en zo ja hoeveel genetisch gewijzigde aardappelen alle verdere proeven en wetenschappelijke tests zullen weerstaan, alvorens ze ‘authorisatie voor teelt’ krijgen.
4. Onafhankelijk, publiek gecommuniceerd en door de overheid gefinancierd wetenschappelijk onderzoek garandeert correcte en volledige antwoorden op onderzoeksvragen. Via een gecontroleerd en gefaseerd onderzoeksproces zullen wetenschappers betrouwbare uitspraken kunnen doen, OOK over vragen en bezorgdheden die de maatschappij kan hebben rond een nieuwe technologie.  Dit onmogelijk maken suggereert dat men expliciet bij zijn eigen niet-geteste  doembeelden wenst te blijven.
5. De vernietigingsactie botst met alle voorzorgsmaatregelen die de onderzoekers zichzelf opleggen om te beletten dat de bewuste aardappellijnen (met op heden niet-geauthoriseerde cultivars) zich zouden verspreiden.   De voorzorgsmaatregelen bevatten ondermeer een afsluiting rond het veld, een zeer ruime isolatieafstand en doorgedreven monitoring. De aangekondigde actie bepleit niet alleen huisvredebreuk en het ongeoorloofd betreden en vernietigen van private grond en bezit, maar is vooral een gratuite en misleidende mediastunt.
6. Pleiten voor vernietiging van GGO gewassen betekent dat men de door de Europese en Vlaamse regelgever voorziene keuzevrijheid van de landbouwer en consument negeert. Men wenst in de plaats te treden van deze (vergunninggevende) overheden om een sterk beperkte, en behoudende keuze op te leggen.
7. Het consortium nodigt iedereen uit om in dialoog te treden over de problematiek van de aardappelplaag en de mogelijkheden die we tot onze beschikking hebben om deze op te lossen. Er heeft al een rondetafelgesprek plaatsgehad met een aantal Vlaamse bio- en milieuorganisaties. Dit gesprek was leerzaam voor beide partijen en heeft aangetoond dat er voor dit specifieke geval ruimte is voor nuancering. In plaats van een confrontatie in de vorm van een vernietigingsactie nodigt het consortium ‘Field Liberation’ uit voor een gesprek.

Advertisements

3 responses to “Le Fieldliberation invite le VIB à une discussion publique

  1. Beste FLM-ers,

    We hebben jullie e-mail van 24 april jongstleden goed ontvangen en hebben afgelopen dinsdag 26 april ook nog de gelegenheid gehad om een gesprek te voeren met jullie collega’s Steven en Joris.

    In jullie e-mail van 24 april geven jullie een antwoord op onze uitnodiging tot een rondetafelgesprek in de zin dat jullie aangeven dat we op 7 mei aanstaande met jullie in debat zouden kunnen gaan tijdens jullie ‘gene spotting’ activiteit. De uitnodiging zoals wij die naar jullie hadden gestuurd had de bedoeling tot een gesprek te leiden in een neutrale en open context, net zoals wij een goed gesprek hebben gehad met een aantal Vlaamse milieu- en bio-organisaties. Wij zijn echter van mening dat de ‘gene spotting’ activiteit geen neutrale context biedt voor een dergelijk gesprek en zullen daarom niet op 7 mei aanwezig zijn om met jullie het grote debat te voeren. Wij sluiten echter niet uit dat er iemand van ons op 7 mei op een gegeven moment even poolshoogte komt nemen.

    We houden daarnaast vast aan de tot jullie gerichte uitnodiging tot een rondetafelgesprek. We zijn graag bereid om met een delegatie van FLM in gesprek te gaan in een passende context en bereid op een aantal van de door jullie aangevoerde argumenten en opinies in te gaan. We zullen het zeker niet met elkaar eens worden, maar we hebben wel de indruk dat er op een aantal punten een relevante nuance kan worden aangebracht.

    Vriendelijke groet,
    René Custers
    Regulatory & communications manager – VIB

  2. Cher René,

    Merci pour votre réponse. Il est regrettable que nous ne puissions pas entamer une discussion autour du champs: l’objet de nos recherches et préoccupations communes.

    Nous sommes étonné de constater que vous n’avez pas relayé notre invitation auprès de vos collègues plus directement au courant de ce qui se passe sur le champs. Nous avons pu effectivement expérimenter in situ que ces échanges peuvent êtres fructueux. Nous avons effectivement tous des choses à apprendre.

    Je ne peux qu’insister auprès de vous pour que vous transmettiez notre invitation à vos collègues qui souhaite en apprendre plus sur cet essais et, par la même occasion, nous rencontrer.

    Bien à vous,

    Jokes

    PS: Tout débat n’est pas bon à prendre. Pourquoi voulez-vous que nous participions à table ronde dont l’objet est de neutraliser un débat que nous entendons faire croître ? De ce point de vue, les conditions sont nettement plus favorable autour du champs =:-)

  3. Et puis finalement, la veille…

    Marc De Loose van ILVO en ikzelf zullen morgen, 7 mei, rond 14:00u ter hoogte van de fietsersbrug aanwezig zijn om kort toelichting te kunnen geven. Weet dat onze tijd door privé-omstandigheden helaas beperkt is.

    Tot morgen.

    René Custers

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s